Tout comme nous, les animaux doivent être vaccinés contre certaines maladies graves, pouvant être mortelles lorsqu’elles ne sont pas traitées et parfois contagieuses à l’Homme.

image vaccin

Lorsqu’on acquiert un chiot ou un chaton, il est obligatoirement âgé de plus de 8 semaines.

Le cas du chiot
A cet âge, il peut recevoir les premières injections vaccinales qui lui permettront d’explorer son environnement sans risque.
La maladie de Carré, la parvovirose et l’hépatite de Rubarth sont des maladies mortelles vis-à-vis desquelles les
chiots sont particulièrement vulnérables. Il est important que votre compagnon puisse être protégé dès que son
système immunitaire le permet. Ainsi, il pourra être sorti afin d’être sociabilisé au contact de ses congénères,
sans souci.
Les protocoles de vaccination (ou calendrier vaccinal) comprennent désormais deux ou trois doses de
vaccins injectés par le vétérinaire à quelques semaines d’intervalle lors de leur primovaccination ( premières
vaccinations de la vie de l’animal), la dernière étant réalisée au delà de 16 semaines d’âge. Puis les rappels sont généralement annuels. Il est important de suivre ce calendrier sous peine de perdre la protection contre ces maladies.

Pourquoi votre chien a-t-il besoin de plusieurs injections ?

Chez le très jeune animal, une immunité passive est acquise grâce à la prise du colostrum (premier lait de la
chienne), et permet au chiot de se défendre contre les maladies. Cette immunité décline pendant les premières
semaines de vie jusqu’à 16 semaines, mais persiste à un niveau suffisamment élevé pour gêner la prise vaccinale, c’est-à-dire
l’acquisition d’une immunité efficace et durable. En fonction du contexte, et de l’âge lors des premières
vaccinations (donc de l’âge souhaité pour un début de la protection) le nombre d’injections de primovaccination
sera donc généralement de 2 ou 3.
Cela permet, grâce à l’utilisation de vaccins adaptés, d’assurer une protection efficace contre les principales
maladies infectieuses. On minimise ainsi la période critique pendant laquelle le jeune animal est mal protégé,
même en présence d’une immunité maternelle persistante. Enfin, certains types de vaccins nécessitent 2
injections lorsqu’on les utilise pour la première fois, quel que soit l’âge de l’animal, afin de produire une
immunité satisfaisante. Ceci est particulièrement vrai pour les vaccins dits inactivés.
Des protocoles précis vous seront proposés par votre vétérinaire. Ils varient en fonction de l’âge de votre chien
et des risques auquel il est exposé. Il est possible de vacciner contre certaines maladies dès l’âge de 3 semaines,
mais seulement si c’est nécessaire. Aujourd’hui, les vétérinaires disposent de vaccins contre la Maladie de Carré, l’Hépatite de Rubarth, la Parvovirose, la Leptospirose, la Rage, la toux du chenil, la Piroplasmose, la maladie de Lyme ou encore la Leishmaniose… pour le chien.
Il n’est d’autre part jamais trop tard pour commencer à vacciner un chien
adulte.

Et mon chat? Je le vaccine?

De nombreuses maladies infectieuses peuvent toucher les chats : Coryza, typhus, leucose et rage font partie des
dangers qui les menacent. Chat d’extérieur, vagabond et libre, ou chat d’intérieur, citadin et casanier, tous
peuvent entrer en contact avec des virus et des bactéries qui sont parfois mortels. Quand ils sont jeunes, les
chats sont plus sensibles. Ils peuvent être vaccinés de façon à être protégés des principales maladies infectieuses
présentes autour de nous. Les vaccins leur permettent de développer une immunité naturelle qui leur évitera de
tomber malades. La vaccination est un des grands succès de la médecine vétérinaire, et a sauvé la vie d’un grand
nombre d’animaux.

Pourtant, certaines personnes s’interrogent légitimement sur l’intérêt de vacciner les chats. A la question :
devons-nous vacciner nos félins, la réponse reste oui, bien sûr, même si ce n’est pas obligatoire (sauf lors de
voyages). L’espérance de vie des 13 millions de chats français a augmenté ces dernières années grâce à une
meilleure médicalisation. Il n’est plus rare de voir des chats atteindre l’âge de 15, voire 18 ou 20 ans en bonne
santé, en particulier grâce à la vaccination et à la stérilisation. D’autre part, la survenue d’un coryza, ou d’une
leucose, par exemple, peut nécessiter des soins lourds et coûteux que la vaccination aurait pu éviter. Enfin, la
rage est une maladie mortelle qui peut être transmise aux humains, et qui reste très présente à nos portes
(Maghreb, Pays de l’Est).

Autre intérêt de la vaccination : la consultation chez le vétérinaire. C’est une occasion privilégiée de faire
examiner votre animal de compagnie par un professionnel. Il procédera à un examen général (auscultation
cardio-respiratoire, palpation des ganglions, etc.). Posez-lui toutes les questions qui vous préoccupent sur
l’alimentation, l’intérêt de la stérilisation, les vermifuges, l’éducation, etc, il sera heureux de vous renseigner.
Depuis plus de 50 ans, les vaccins, administrés à de très nombreuses espèces animales, ont montré la large part
de leurs bénéfices. La vaccination s’appuie sur le fonctionnement normal du système immunitaire et permet de
protéger nos compagnons en évitant des soucis et des dépenses imprévues : ne relâchons pas la pression !